Pão de queijo (gougère au fromage)

Le secret pour un bon pão de queijo est très simple: ne sois pas radin en fromage!

Le « pão de queijo » est un petit pain au fromage que l’on mange au Brésil souvent au petit déjeuner et au goûter de 4 heures.

A Minas Gerais, les familles ont plusieurs recettes de ces petits pains au fromage. La mère en a une, la grand-mère, une autre; le cousin qui a un bar au coin de la rue en a une troisième, et ils arrivent tous avec un panier plein pour que la famille choisisse la meilleure.

 

Les ingrédients:

pao_de_queijo1

  • 1 kg de farine de tapioca – trouvé dans les magasins asiatiques
  • 5 œufs
  • 1 verre de lait
  • 1 verre d’eau
  • 1/2 verre d’huile de tournesol
  • 1 c à c de sel
  • 3 verres de gruyère rappé
  • 1 verre de parmesan rappé

Préparation :

pao_de_queijo_2

 

  • Faire chauffer les liquides et le sel dans uns casserole jusqu’à ébullition
  • Verser le liquide chaud sur la farine de tapioca et bien mélanger pour enlever tous les grumeaux
  • Attendre que le mélange soit tiède et ajouter les œufs. Un à la fois, bien pétrir la pâte entre chaque œuf ajouté.
  • Ajouter le fromage et bien mélanger
  • Préchauffer le four à 200°.
  • Disposer sur une plaque des boulettes de pâte de la grosseur d’une noix et faire cuire pendant 20 minutespao_de_queijo_3
  • Je préfère laisser la plaque avec les boulettes de pâte au frais une nuit. De cette façon, la pâte va sécher en surface, et à la cuisson on aura des petits pains avec une croûte plus épaisse!
    pao-de-queijo

Note: Si vous allez à BH (Belo Horizonte, Minas Gerais), allez goûter le pão de queijo chez Dona Diva, au Marché Central. Si vous aimez les variantes, les farcis et d’autres inventions, l’adresse que vous cherchez est A Pão de Queijaria.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Angela

Angela vit en France depuis 2002, a envie de tout découvrir et d’apprendre à tout faire ; ne sais pas tout faire à la perfection, mais se débrouille un peu dans tout. Même si elle a le sentiment d’avoir fait le bon choix, d’avoir réussi, d’avoir, par son départ, une vie meilleure, l’immigrante souffre souvent de nostalgie . Et de plus en plus avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *