Virus Zika : Une épidémie frappe le Brésil.

Transmis par le moustique tigre, le virus Zika provoque des malformations du crâne chez les nouveau-nés.

Au 8 octobre, des cas autochtones d’infection par le virus Zika avaient été détectés dans 14 états: Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Mato Grosso, Pará, Paraná, Paraíba, Pernambuco, Piauí, Rio de Janeiro, Rio Grande do Norte, Roraima, et São Paulo. Dès la fin de l’année, les autorités locales avaient alerté sur la hausse vertigineuse du nombre de cas en un an, passant de 147 à 1.248.

Pour les fœtus, les conséquences sont dramatiques. La microcéphalie entraîne de graves séquelles neurologiques et un développement restreint des capacités cérébrales. Le lien entre le moustique et ces bébés à petit cerveau a également été confirmé par le ministère de la Santé brésilien, en alerte depuis quelques mois.

microcefalie

Chez l’adulte, les symptômes du virus Zika sont similaires à un syndrome grippal (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, éruptions cutanées, parfois accompagnés de troubles digestifs et ophtalmiques). Il a déjà été détecté dans 14 des 27 États brésiliens cette année dont celui de Rio, où se tiendront en août les Jeux olympiques. « Nous sommes face à l’inconnu. Le ministère de la santé joue un rôle de sentinelle pour collecter, enquêter, recenser tous les cas et faire avancer la recherche », explique auMonde Antonio Nardi, secrétaire à la surveillance de la santé au ministère, qui n’envisage pas, pour le moment, une remise en question des Jeux dans une période moins propice aux moustiques. »

Le virus Zika peut-il débarquer en France ? Potentiellement, oui. Zika a fait ses premières victimes en Martinique et en Guyane française, fin décembre. L’été prochain, avec la multiplication de voyages vers la Métropole en période de vacances, il n’est pas exclu qu’une personne porteuse du virus soit piquée dans le sud de la France où sévit déjà l’Aedes albopictus (le moustique tigre). En piquant sa victime, il serait lui-même contaminé et pourrait transmettre le virus aux personnes qu’il piquera par la suite. Dès l’été dernier, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), un organe du ministère de la santé, avait alerté sur ce risque « réel ».

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Angela

Angela vit en France depuis 2002, a envie de tout découvrir et d’apprendre à tout faire ; ne sais pas tout faire à la perfection, mais se débrouille un peu dans tout. Même si elle a le sentiment d’avoir fait le bon choix, d’avoir réussi, d’avoir, par son départ, une vie meilleure, l’immigrante souffre souvent de nostalgie . Et de plus en plus avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *